Comme une sirène

tu apparais sur mes rives,

ton souffle comme une déferlante

vient caresser mon échine...

( Claude Boulloud)

poeme-damour-pour-mon-mari1